Quelle est l’une des plus grandes convictions ?
La permanence des choses de prime abord.
Mais dans un monde en constantes révolutions,
L’instant qui passe n’est déjà plus celui d’alors.

R/
J’ai beau chercher mais je ne trouve pas
Ce que je crois, ce que je pense savoir.
J’ai beau chercher mais je ne trouve pas où c’est.

Si la clarté parfois dépend de la vision,
De l’altitude, la distance ou de l’endroit,
Comment me détacher de cette illusion 
De croire que le monde est tel que je le vois ?

R/
J’ai beau chercher mais je ne trouve pas
Ce que je crois, ce que je pense savoir.
J’ai beau chercher mais je ne trouve pas où c’est.
J’ai beau chercher mais je ne trouve pas
Au fond de moi les clés de tous mes tiroirs, je sais
Qu’il faut chercher si je ne trouve pas où c’est.

Version instrumentale + choeurs

Crédit photo : « Eye » de D.Defreyne (CC-BY 2.0)

Il m’arrive, de temps à autres, d’inviter mon ami Tchip à la maison. Il apporte ses instruments, je prends les miens et nous passons une chouette soirée à improviser, construire de petites mélodies.

Cette petite composition est née la semaine dernière dans un contexte particulier : alors que nous jouions un morceau plutôt rock, nous n’avons ni vu ni entendu venir un orage bref mais assez violent. De l’eau est passée sous la porte et nous avons épongé. Ce bref épisode, nous a fait perdre l’énergie punchy qui nous habitait jusque là et nous avons commencé à construire ce morceau : après l’orage.

Tchip a accepté que je partage ce morceau en LAL. C’est ti pa beau ?

La photo de la »pochette » est sous licence Pixabay.
Il semble que toutes les photos figurant sur ce site en fassent désormais l’objet.

en escale
sur un bateau
aller sans retour
une croisière éphémère

trop de gaz
trop de fuites d’eau
trop de flammes autour
le calme avant la tempête

sur la grève

en attendant
sur le bateau
je me mets en joue
recherche un peu de lumière

que ferons-nous
sur ce rafiot
si l’on reste sourds
resterons-nous, Terre, à terre ?

dans nos têtes

resterons-nous, Terre, à terre ?
resterons-nous tête à terre ?
resterons-nous tête-à-tête ?

Instrumental :

Pourras-tu vivre au présent ?

Version chantée
Instrumental

*
Et pourtant, pourrais-tu vivre au présent ?
Dans dix ans, dans quarante ans.
Me disais-tu souvent…

« Je n’aurais pas dû lui dire ça. »
« Pourquoi n’est-il pas venu ? »
« Ah oui ! Il faudrait que je complète mon agenda pour demain »
« Où vais-je partir en vacances l’année prochaine ? »
« J’aurais dû faire autre-chose »
« Si je le revois celui-là… »

Que vais-je faire demain ?
Qu’ai-je fait hier ?

Et maintenant ?
Et MAINTENANT ?

Mon copain hibou

Il est super chouette

Mon copain hibou

Je l’aime vraiment beaucoup

*

Mon copain hibou

Il est super chouette

Mais mon copain hibou

Je ne le vois pas beaucoup

:

Dès le matin, il doit faire sa sieste

Et l’après-midi, il reste dans son lit

*

Mon copain hibou

Il aime bien faire la fête

Mon copain hibou

Je l’aime vraiment beaucoup

*

Mon copain hibou

Il aime bien faire la fête

Mais mon copain hibou

Je ne le vois pas beaucoup

:

Car quand sa tête fait la girouette

Moi, pendant la nuit, je suis endormi

*

Mon copain hibou

Il est super chouette

Mais mon copain hibou

Je ne le vois pas beaucoup

Écoutez la chanson (démo)

Que faire quand on a une idée musicale mais pas de texte ? On se rue sur le premier bouquin à portée de main puis on yaourte des phrases jusqu’à obtenir quelque chose de cohérent (?).

C’est donc sur cette célèbre fable de Jean de La Fontaine (qui de là-haut, je l’espère, ne m’en voudra pas trop) que le hasard a jeté son dévolu pour une adaptation raccourcie plutôt rock du texte, un délire un peu débile en somme.

En parlant de rock, il y a de la place pour un solo de guitare entre 2’22 et 2’50 (voire jusqu’à la fin). Mes compétences techniques et musicales étant limitées, je suis bien incapable de faire ça et je m’en remets à vous, si l’envie vous prend. Et si tu as une voix plus rock que la mienne et que tu veux chanter autre chose(de plus malin), l’instrumental est en dessous. 😉

Ce serait d’ailleurs plutôt rigolo d’avoir une chanson avec plusieurs solos de guitare différents (licence ArtLibre ou CC-BY-SA).

Chiche ?
(tenez-moi au courant)

Maitre Corbeau sur un arbre perché
Tenait en son bec un fromage
Et maitre Renard par l’odeur alléché
Lui tint à peu près ce langage :

Que vous êtes joli !
Que vous me semblez beau !
Je le dis pour le plaisir
Hé bonjour, Monsieur du Corbeau

Et si ton ramage ressemble à ton plumage
Tu es le phénix de ces bois
Et puis le corbeau, pour montrer sa belle voix
Ouvre sa grande gueule et voilà !

Que vous êtes joli !
Que vous me semblez beau !
Je le dis sans te mentir
Pauvre con Monsieur du Corbeau !

Corbeau/Renard (Instumental)

edit : Aquilatin me fait remarquer, à juste titre, que Ésope et Phèdre sont à l’origine des fables.

Pour différentes raisons, je n’avais plus vraiment touché de piano depuis plus d’un an. Ni vraiment fait de musique, à vrai dire, même si c’est en total amateur.
Aussi, c’est avec un immense plaisir mêlé d’une maladresse certaine que je me suis assis devant le piano.

Molly est une chanson que j’avais écrite avant 2014 (contrairement à ce qu’indique la date du billet).

En voici une petite version brute enregistrée avec mon smartphone: piano-chant sans retouches mais avec approximations. 😉

En Belgique, on parlera encore longtemps de l’élimination du Brésil en quart de finale de la Coupe du Monde par une équipe belge endiablée.

Dans le chapitre grand n’importe quoi 😀 , c’est l’occasion pour moi de mettre en musique une petite chanson que j’avais en tête depuis bien longtemps.
Si ceci n’est pas une belle occasion de le faire… 🙂

Instruments utilisés : guitare, boite en carton, bol en plastique, pot de sel (iodé) et voix ; le tout joué avec approximation 😀 et assemblé avec Audacity. Sans oublier le texte d’une densité rare.

Dans mon beau pays

On aime le football

Car c’est très joli

On peut marquer des goals

C’est pas toujours gentil

On a des hématomes

Moi dans mon pays

On aime le football

*

Dans mon beau pays

On sait jouer au football

Car c’est très joli

On sait marquer des goals

C’est pas toujours gentil

On a des hématomes

Moi dans mon pays

On sait jouer au football

Le beau ballon est l’œuvre de Flomar