Odysseus s’arrête

10 ans d’histoires et davantage pour les dessins divers. Ce n’est pas rien. Cela représente déjà quelques petites caisses pleines de dessins, de croquis et autres gribouillages. Des petites chansons aussi, des textes racontés, des petits poèmes pour enfants.

Ces centaines d’heures passées à m’exprimer par ce biais, à imaginer des récits, des chansons, des dessins de presse, donner vie à des personnages ont été toujours réalisées avec plaisir et enthousiasme, le sourire aux lèvres imaginant à l’avance la réaction du jeune -ou moins jeune – lecteur.

Seulement voilà, force est de reconnaître que tout ce travail ne suscite quasiment pas de réactions, de retour si ce n’est les 4-5 fidèles personnes qui suivent mon travail. Ils se reconnaitront. MERCI à eux !

On me dira qu’il faut le faire avant tout pour le plaisir. Cela reste bel et bien le cas, mais le manque de retours, de commentaires m’incitent à croire que cet énorme temps passé à chaque fois n’est pas digne d’intérêt.

Plusieurs raisons que je ne dois imputer qu’à moi-même :

Je ne sais pas (bien) me vendre : multiplier ma présence sur les réseaux ne m’a pas apporté davantage de visibilité ni de retours. Je n’y interviens d’ailleurs finalement que très peu et n’ « impose » pas ma présence. Ce constat m’a amené à un simple retour vers Twitter.

Je ne me suis pas adressé au bon public…ou pas bien : je me suis d’abord adressé aux libristes qui ne sont pas nécessairement sensibles aux histoires pour enfants et dont l’intérêt principal est l’informatique puis le libre puis, éventuellement, la culture libre. Il aurait mieux valu que je me présente d’abord aux enseignants aux bibliothèques peut-être et ajouter l’aspect libre après.

Mon site trop éclaté : il y a quelques années, j’avais pris la décision de scinder le blog unique en plusieurs sites afin que les enfants restent cantonnés dans le petit monde ne se trouvent pas face à des dessins un peu plus trash du blog. Peut-être que cet éclatement ne facilite pas le suivi. Je fais un peu de tout.

A moins que, tout simplement, j’ai surestimé mon travail : on fait tellement les choses avec cœur que l’on donne l’importance qu’elles n’ont pas .

Mais dans l’absolu, effectivement, tout cela n’a pas la moindre importance ! 🙂

Raison pour laquelle Odysseus s’arrête. Vous aurez peut-être remarqué que je n’ai pas écrit Odysseus arrête. Je me laisse la possibilité de reprendre.

J’ai besoin de me détacher de cela, de prendre du recul une pause…courte ? longue ? définitive ? De retrouver l’envie … ou pas.

Sinon, tant pis…

Pour marque-pages : Permaliens.

9 Commentaires

  1. oh non, pas toi

  2. On ne prend pas le temps de laisser un commentaire pour exprimer notre ressenti, nos remerciements, dire si cela a plu, ou pas. Non, on regarde, on lit, on télécharge, on imprime et on s’en va.
    C’est notre faute.

  3. Hello,
    Quel que soit ton choix, tu as de toute manière raison 🙂
    L’objectif du dessin, musique… est de se faire plaisir. S’il y a moins de plaisir, on joue à la pétanque ou on se déguise avec des perruques 😉
    Après, il y a le risque qu’on prend quand on diffuse. En effet, d’une manière ou d’une autre, on expose une partie de soi. Souvent en train de se demander si ce qu’on dépose ici ou là mérite une publication quelle qu’elle soit (site internet ou autre), si cela va susciter un intérêt ou si finalement le regard des intimes (voire de sa pochette à dessins) est suffisant.
    Je suis persuadé que tu continueras à créer d’une manière ou d’une autre, après toi seul pourra estimer si tu souhaites diffuser 😉

  4. Une chose est certaine, c’est bien à toi de faire le choix, si une pause s’impose tu aurais pu nous la faire avec un petit dessin, mais si la motivation n’est plus là il faut faire avec.
    La chose qu’il faut bien garder en tête, c’est surtout de prendre du temps pour soi, pour sa santé et ne pas devenir l’esclave du web.
    Découvrir Odysseus aura été un plaisir pour moi et j’en garderais un bon souvenir, je te souhaite de profiter de la vie et peut-être à pluche.

    • Sages paroles anatolem. D’un certaine manière les réseaux créent une forme d’attente. Raison pour laquelle je les ai réduits.

  5. Salute,

    On a rarement (pour ne pas dire jamais) un retour à la hauteur de notre travail/temps/énergie passée sur une publication. On finit par perdre confiance puis déprimer de voir si peu de retours, de commentaires. C’est dommage mais c’est ainsi que le net est devenu.

    Bonne continuation à toi, je pense que tu continueras à créer, tu vas retrouver un second souffle.

    Tcho !

    • Oui, le web a changé. Je rejoins le constat que tu faisais sur le blog-libre à ce sujet.

      Je crois effectivement que je ne pourrais pas balayer cela comme ça, d’un revers de la main 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.