Christelle

Christelle-cover


Dès le premier regard
Une belle impression
On se dit : « Qui est-elle ? »
N’est-ce pas une illusion ?

Christelle
Ses yeux font des étincelles
Instantanément familière
Singulièrement plurielle
C’est nickel

Et quand l’image est grise
En sous-exposition
Elle nous la colorise
Avec obstination

Christelle
La vie est un arc-en ciel
Pigmentation naturelle
Singulièrement plurielle, fidèle
Et c’est nickel

Si beau
Elle vole dans un ballon
Pour aller plus haut
Au-delà des horizons

Elle regarde l’avenir
Du haut d’un mirador
Et tout ça va sans dire
Elle montera encore

Christelle
La vie est une étincelle
Simplement à taille humaine
Singulièrement plurielle, plurielle
C’est nickel

(Qui m’a dit ça : Faut aller de l’avant ? )

Imposteur

Imposteur-cover-jaune

Instrumental:

Je suis un imposteur
Je me cache derrière mon ordinateur
Ainsi masqué je ne dévoile rien
Ce que je suis se voit de l’intérieur
Pas à l’extérieur

Je suis un imposteur
Qui pourrait dire qui je suis d’où je viens ?
La vérité sort si je le veux bien
Pressurisée dans une centrale à vapeur
Je n’ai pas peur

Je suis un imposteur
Je ne suis jamais de mauvaise humeur
Je vis à 200 kilomètres à l’heure
Et toi tu penses que je roule à combien ?

Mais tu ne me vois pas
Je ne ressemble à rien
A rien
La vie est un combat

Je suis un imposteur
Je ne suis pas à l’abri d’une erreur
A chaque instant rester à la hauteur
Car ma fausse identité le vaut bien
Je n’y peux rien

Je suis un imposteur
L’irréalité sans fausse impudeur
Popularité turbo-réacteur
Et toi, tu crois que je monte à combien ?

Mais tu ne me vois pas
Je ne ressemble à rien
A rien
La vie est un combat

Et quand tu danses …

EtQuandTuDanses

Instrumental:

Le plancher s’est illuminé
Une onde douce s’est levée
Des notes

Et toi tout contre moi serrée
Face à nos figures imposées
Nos doigts
Qui se nouaient

*

Quand vient le jour
Quand vient la nuit
Et quand tu danses ?
Et quand tu danses ?
Quand vient le soir
Quand tu m’oublies
Et quand tu danses
A quoi tu penses ?

*

Pas a pas on s’apprivoisait
Ensemble on aurait fait le tour
Du monde
Mais peu à peu tu t’éloignais
Était-ce de l’Idylle-choré ?
Fondu
Un temps levé ?

*

Quand vient le jour
Quand vient la nuit
Et quand tu danses ?
Et quand tu danses ?
Quand tu t’envoles
Quand tu m’oublies
Et quand tu danses
A quoi tu penses
Quand tu souris ?

Quand vient la Mort
Quand vient la Vie
Et quand tu danses
A quoi tu penses ?
Quand tu souris

 

Encore !

Encore

Instrumental:

Ma tête est lourde, remplie de tout,
Remplie de vides bien trop chargée
Je suis à court, cherche un ressort
Afin de remonter
Je sais où le trouver

Je lui tends la main
Et elle me tend la sienne
A tout moment je peux l’appeler et demander
Qu’elle sache et me soutienne
D’illusions emballées
*
Oui, encore, demain

*
Je respire, je roule et je tire
Des bouffées de liberté
A petit feu ma vie se speede
Au point de se griller
Auto-évaporation

Pour quelle raison toutes ces questions étranges
Se bousculent dans ma tête
Au point de me manquer ?
Si je pose la question

*
Elle me dira oui encore
Tous les jours un peu plus fort
Elle me dira oui encore, plus fort plus loin
Elle me dira oui encore
Tous les jours un peu plus fort
Elle me dira oui, attends jusqu’à demain
*
Je vais vivre entre les lignes
Sniffer un trait sur mes misères
Chauffer le dos de la cuillère
Au point de me planter
Je suis en ébullition

Pour quelle raison toutes ces visions étranges
Se télescopent dans ma tête
Au point de se cracker ?
Je cherche l’absolution
*
Elle me dira oui encore
Tous les jours un peu plus fort
Elle me dira oui encore, plus fort plus loin
Elle me dira oui encore
Tous les jours un peu plus fort
Elle me dira oui encore jusqu’à demain
*
Encore demain…
Encore !  Encore ! Encore !

La corde

Instrumental :

Un jour on se lâche
Un jour on se noue
Un jour on se gâche
On prend les jambes à son cou
Mais quand elle enlace
S’accroche à mon pouls
Maintenant mes voiles
Qui resserrent les liens
*
Et puis tout à coup…
*
Un nouvel Espace
On évite les trous
Fils ailés de Dédale
On (se) brûle par les deux bouts
De filandreuses étoiles
Tombent de partout
Sur nos cathédrales
Et ce qui les soutient
*
Donne-moi la main
*
Et avant l’aurore
De tout ce qu’on a fait
Il ne reste plus rien
*
Pour ne pas perdre le fil
Et continuer encore
Il faut se hisser vers nos rêves
Tous les jours un peu plus fort
Si jamais de guerre lasse
Tiraillé par nos émotions
Avant que l’on nous écrase
Faites une révolution !

Molly

Instrumental:

Molly
Si tu savais toutes les routes
Que j’ai empruntées dans ma vie
A  porter mon sac à dos
Tous les drapeaux et les sémaphores
Me permettront-ils enfin, à l’avenir
De les emprunter encore ?
*
Molly
Si tu savais toutes les pages
Que j’ai pu tourner dans la vie
Pour rester un peu moins sage
Tous ces bateaux qui allaient si loin
Nous auraient emmenés en mer sans réfléchir
Et nous deux sans penser au lendemain
*
Molly
Si je savais toutes les heures
Que tu passais sur les chemins
A foncer à cent à l’heure
Tous les drapeaux et les sémaphores
T’auraient-ils aussi permis, à l’avenir
De les emprunter encore ?
De les emprunter encore ?

Ode à la LAL

Intrumental :

Dans notre système
Fourmillent plein d’idées
Et tout ce que j’ai
Je ne peux même pas le copier
C’est tout un problème
Pour la communauté
Car tout ce que j’aime
Je ne peux pas le partager
*
Dans l’autre système
Fourmillent plein d’idées
Et tout ce que j’aime
On pourra même le modifier
C’est pas un problème
La licence le permet
Et tout ce que j’ai fait
Tout le monde pourra le partager
*
Dans notre système
Fourmillent plein d’idées
Et tout ce que tu crées
Tu voudrais bien le partager
C’est pas un problème
Suffit de décider
Que tout ce que tu fais
On pourra même le modifier